samedi 11 octobre 2008

EIC - Hommage à Elliott Carter (Cité de la Musique - 9 Octobre 2008)

A l'occasion du centenaire du compositeur Elliott Carter, cet hommage par l'EIC consiste en une suite de courtes pièces solos, jouées de façon presque enchainée. "Riconoscenza" pour violon (des climats rythmiques tranchés qu'il faudrait, dixit le livret, entendre comme des couches simultanées en polyphonie virtuelle ; difficile exercice à la première écoute !), "A 6 Letter Letter" pour cor anglais (sur le nom de Paul Sacher, une fantaisie charmante), "Figment II" pour violoncelle (c'est quand le livret explique que cette pièce, belle et méditative, cite Charles Ives "avec qui Carter s'était lié d'amitié en 1924", qu'on se rend mieux compte de ce que cela signifie, d'avoir 100 ans ...), "Gra" pour clarinnette, "Figment III" pour contrebasse, "Scrivo in vento" pour flûte, "Figment IV" pour alto.
La pause est un peu plus longue pour permettre l'installation de la harpe, pour "Mosaic", où elle a la part centrale (la pièce est dédiée à la mémoire du harpiste Carlos Salzedo, et utilise des techniques de percussion ou de bruitismes qu'il avait inventé), accompagnée de flûte hautbois et clarinette d'un coté (et qui donneront un très beau trio en cours de route), et de violon alto violoncelle et contrebasse de l'autre.
L'enchainement rapide de ces courtes pièces donne plus l'impression d'entendre une seule pièce, suite musicale, en gommant l'individualité de chacune d'elles (à part pour "Mosaic"). Paradoxalement, je ressens moins l'impression de confusion et de désordonné que me donnent souvent les pièces de Carter, et profite de passages plus directement tendres ou chantants, contemplatifs ou au contraire énervés, en tous cas plus simplement donnés, et sonnant moins artificiels, sans la complexité de structure ou le zapping incessant habituels.

1 commentaire:

Lewis a dit…

Merci pour votre avis, il rejoint un peu celui de nos lecteurs... http://www.musicareaction.com/eic/le-temps-moderne-a-la-cite-de-la-musique/