mardi 10 octobre 2017

Steve Coleman and Five Elements (La Petite Halle - 9 Octobre 2017)

Steve Coleman est en résidence à Paris pendant deux semaines, dans ce petit bar-restaurant "La Petite Halle" qui devient à l'occasion une sympathique salle de concert. Je craignais une foule venue applaudir le maître, il n'en n'est rien. Tant mieux pour la proximité et le coté finalement assez décontracté de la prestation.

Les Five Elements, c'est d'abord une affolante structure rythmique. A la basse (une magnifique guitare basse, six cordes, sans frettes, ni têtes), Anthony Tidd boucle de petites phrases vives et imperturbables ; le batteur Sean Rickman ne le complète pas, mais l'extrapole, l'élargit, parfois le contredit, et surtout fluctue beaucoup plus, accélérations, densifications, contrepoints, c'est bien sur la même école que Stéphane Galland, en moins démonstratif, et je suis scotché d'admiration.
Les bases lancées par Steve Coleman sont souvent simples et courtes. Mais quand il se lance en solo, le paysage devient d'un coup immense : il y a aussitôt de la polyphonie et de la polyrythmie, les notes s'organisant de façon naturelle et instinctive en lignes superposées, sans qu'il ait besoin d'une technique particulière, mais seulement de beaucoup de pratique et d'une vision à nulle autre pareille.
Son compagnon habituel à la trompette Jonathan Finlayson a plus de mal à m'emporter, et me perd souvent, dans des méandres de mélodies enchevêtrées, ou dans des bribes d'un discours dont je ne perçois pas la forme générale.
Le dernier comparse est plus nouveau : Matt Mitchell, pianiste dans le projet Natal Eclipse, est ce soir à l'orgue Rhodes, et semble parfois plutôt perdu, à combler le vide avec beaucoup de notes, ce qui ne convient pas à l'esthétique du groupe. Les autres lui montreront par moments comment se satisfaire d'une note répétée (c'est le coté "work in progress" d'une résidence).

Puis vient les rejoindre le chanteur rappeur Kokayi, habituel membre des Metrics. Il me semble que les mélodies deviennent encore plus basiques, mais les montées d'énergie, augmentées des mots lancés avec force et précision, sont jubilatoires. Le deuxième set est tout entier dans cette formation à 6, avec les anciens qui connaissent tous ces morceaux par cœur, qui obéissent au moindre signe du patron (arrêt / relance d'un geste de la main à peine visible), et qui sont heureux de jouer, et du nouveau qui suit comme il peut, mais aussi heureux que les autres d'être là.
Une bien agréable soirée ; à renouveler sans doute la semaine prochaine ...

steve coleman and five elements

samedi 30 septembre 2017

Rebecca Saunders - Yes (Eglise Saint-Eustache - 28 Septembre 2017)

Ce titre "Yes" vient du monologue de Molly Bloom à la fin de Ulysses de James Joyce, qui fournit le texte chanté pat la soprano Donatienne Michel-Dansac. Mots envoyés puissamment vers les voûtes où ils réverbèrent, ou chuchotés à la limite de l'onomatopée. Pour l'accompagner, 19 musiciens, de l'Ensemble Musikfabrik, dirigés par Enno Poppe. 19 solistes, dit le programme, et c'est effectivement ainsi qu'ils se présentent le plus souvent : une contrebasse presque jazz pour les premières envolées, deux trompettes qui dialoguent dans les hauteurs, un accordéon qui officie dans la chaire, des percussionnistes un peu partout, l'orchestre ne se réunit sur la scène principale que pour la partie centrale de l'oeuvre, sinon ils se répartissent tout autour des spectateurs.
Saunders utilise la musique comme un matériau presque physique, pour sculpter l'espace et le temps ; il n'est pas vraiment question de mélodies ou d'harmonies, mais plutôt de textures, de projections, de masses sonores, et de leurs propriétés dans l'environnement particulier de l'église. C'est beau, par moment splendide, mais sur la durée quelque-chose me manque, qui donnerait plus de sens à l'ensemble de la performance. Ma méconnaissance du texte de Joyce (qui n'est, de fait, à aucun moment compréhensible à nos oreilles) peut expliquer en partie cela. Il y a aussi, dans la description qu'elle donne de son oeuvre dans le livret, des principes qui demanderaient plusieurs écoutes pour être mis en évidence, comme des modules presque répétés ; je crains malheureusement ne pas avoir l'occasion de réentendre cette oeuvre, trop longue et trop liée au lieu pour être donnée bien souvent ...

après yes

mercredi 27 septembre 2017

Réparer les vivants - Emmanuel Noblet (Théâtre du petit Saint-Martin - 26 Septembre 2017)

J'ai lu le livre de Maylis de Kerangal, je n'ai pas vu le film de Katell Quillévéré. Et voici l'adaptation théâtrale, qui  a gagné le Molière du "Seul en scène" en 2017, et qui, après divers théâtres parisiens et tournées, atterrit dans ce petit théâtre, à l'organisation assez rudimentaire (belle pagaille dans le hall).
Le dispositif scénique est minimal : deux chaises, une planche pour figurer la table d'opération, et un écran vidéo (qui interdit la climatisation - du coup, la chaleur et l'atmosphère médicale du spectacle entraîneront un malaise vagal chez un spectateur ; interruption, ma voisine se révèle infirmière et se précipite, on trouve de l'eau, du sucre, puis des bras costaux pour emmener le monsieur dans une salle plus fraîche et tranquille, et on reprend).
La structure du roman est bien sur respectée, avec cette introduction haletante de la séance de surf nocturne, le drame de la mort et le désespoir des proches, la difficulté des questions sur le don d'organes, et enfin la course contre la montre, technique et logistique, pour la transplantation.
Emmanuel Noblet récite beaucoup du texte, décrivant les personnages tout en les jouant, les dialogues sont en fait assez rares. Comme la trame de fond est assez anxiogène, il intercale (comme le fait le roman) des passages plus distrayants (l'album "kind of blue" de 1959, la folle nuit de l'infirmière, la séduction de Juliette, les lunettes de soleil de Virgilio ...), avant de replonger dans le drame (les parents qui s'accrochent l'un à l'autre dans le bar, les montagnes russes de leur prise de décision quant au don). Des données plus techniques nous sont aussi fournies : évocation de définition de la mort par arrêt de l'activité cérébrale, ce qui permit le concept même de greffe de cœur ; les textes de lois sur l'accord présumé du don en cas de non-inscription au registre des refus, simplement affichés sur le mur, puisque le coordinateur refuse de les mentionner aux parents, belle manière de faire.
Certains personnages du roman sont un peu sacrifiés (il me semble qu'on parlait plus de Juliette, la petite amie ; la receveuse est assez peu évoquée), mais c'est la loi de ce type d'exercice.
Le tout est tour à tour bouleversant et passionnant, ébranle la tête et le cœur, et permet de toucher du doigt ce miracle qu'est une greffe, miracle humain d'abord quand une famille en état de choc doit prendre de telles décisions, puis miracle technique pour l'extraction, le transport, l'insertion.

lundi 25 septembre 2017

Grand soir - Stravinski (Cité de la Musique - 23 Septembre 2017)

Le format "Grand soir" a été revu à la baisse, ce qui est bien. Une ou deux pièces par partie, trois parties, fin à 23h15, c'est amplement suffisant. Cette soirée s'articule autour d'Igor Stravinski, selon trois associations d'idée assez libres : l'aspect mystique, l'aspect iconoclaste, l'aspect théâtral.

Igor Stravinski - Trois pièces pour clarinette

Petite mise en bouche de quelques minutes, en lent-vif-vif, tonique et sympathique.

Jonathan Harvey - Bhakti

J'accroche pas. Les musiciens sont doublés par leurs projections électroniques sur bande, certains mouvements sont presque inertes, d'autres beaucoup plus mouvementés, ça s'inspire de versets du "Rig Veda" qui ne m'accrochent pas plus, bref, je trouve ça bien long.

Igor Stravinski - Renard

Étrangement, les voix grésillent légèrement, ce qui est assez gênant. Le sur-titrage n'aide pas vraiment à suivre l'histoire, parce qu'on ne sait pas qui parle. Mais tout ça n'est pas bien grave. Duncan Ward dirige l'EIC avec vivacité, dans ce conte formé de courts épisodes, dans un rendu assez rustique, proche des "Noces" (cette impression de hoquet rebondissant), mais en plus goguenard et distrayant.

Richard Ayres - N°31 (Noncerto pour trompette)

Les trois mouvements sont assez dissemblables. Le "burlesque" commence par un grommellement, puis quelques hésitations, un dialogue de sourd avec l'orchestre, un collage hétéroclite où voisinent le tonal et le ridicule. Suit une "élégie", où une harpe minimale orne une mélodie à la trompette d'une beauté simple et trop évidente pour être honnête. Enfin, la "rhapsodie" est un savant charivari tonitruant où l'ensemble commence façon fanfare presque normale, mais sous l'impulsion de la trompette ivre et beuglante, se dérègle en lignes chaotiques. Le tout est constamment surprenant, amusant, mais pas que, sous l'aspect provocant il reste de la musique.

Unsuk Chin - Gougalon

J'ai toujours autant de plaisir à écouter cette oeuvre, où chaque mouvement dépeint à sa manière une scène de théâtre de rue. J'y avais trouvé des allures de Stravinski et Bartok, cette fois j'y décèle des échos de Ligeti, mais radicalisé (l'utilisation de bouteilles et canettes de bières en percussion, en souvenir des klaxons du Grand Macabre ?). C'est vif, coloré, épicé, foisonnant, et quand ça finit on aimerait bien que ça continue !

eic - duncan ward

Ailleurs : Jérémie Bigorie
Spotify : Jonathan Harvey : Bhakti  Richard Ayres : Nos. 31 "NONcerto for Trumpet" Unsuk Chin : Gougalon

samedi 23 septembre 2017

Stravinski - Ballet Trilogy (Philharmonie de Paris - 22 Septembre 2017)

Voilà un programme ambitieux et exaltant : pouvoir entendre en une seule soirée les trois ballets de Stravinski qui ont révolutionné la musique du XXème siècle, c'est une occasion rare ! Malheureusement, le résultat n'est pas à la hauteur de nos espoirs ...

L'Oiseau de feu

La dernière fois que je l'ai entendu, c'était déjà par le LSO, mais sous la baguette (si on peut dire ...) de Gergiev, et j'y avais apprécié autant les passages calmes que les plus agités. Ce soir, par contre, c'est calme plat. Sir Simon Rattle suit la partition, et quand il faut donner de l'intensité, fait jouer plus fort. Et c'est à peu près tout. Nulle féerie. Les danses deviennent bruyantes. Et on s'ennuie.

Petrouchka

C'est une pièce que je connais plus. Du coup, je suis content d'en retrouver les thèmes et les airs. Je suis surpris d'y trouver des annonces de "Pulcinella". Mais ça manque de truculence, d'ironie, de caractère. Les tableaux s'enchaînent, et s'oublient aussitôt.

Le Sacre du printemps

La sonorité si analytique de la Philharmonie permet de découvrir des détails orchestraux, qui me parviennent en gros plan : le jeu entre les timbales, la grosse caisse, et les autres percussions ; les appels des cuivres, qui se décomposent en étages successifs ... Tout est précis, propre, parfaitement en place (sauf l'appel inaugural, à la rythmique étrange). Et on s'ennuie encore : trop de confort moderne, pas assez de barbarie.
En fait, ce qui manque aux trois pièces, c'est l'idée d'un récit, qui captiverait l'attention. Rattle ne nous projette jamais dans le futur de l'instant présent. Dommage.

après le sacre

Ailleurs : Vincent Agrech, Patrice Imbaud
Spotify : Retour aux sources : Pierre Boulez ... L'Oiseau de feuPetrouchka et Sacre du printemps.

mercredi 20 septembre 2017

Planning Septembre - Octobre 2017

Je me suis demandé si j'allais continuer, mais puisque j'ai épuisé mon retard accumulé l'an dernier, autant reprendre, on verra bien ...


mardi 19 septembre 2017

Hermès V (Cité de la Musique - 9 Juin 2017)

Et enfin, en conclusion de cette saison, et pour finir cette série de tant de billets en retard, voici un concert dont je n'ai strictement plus aucun souvenir, ni du "namenlosen" de Julia Blondeau, ni des "Trois airs pour un opéra imaginaire" de Claude Vivier, ni de "Hermès V" de Philippe Schoeller.
Même les compte-rendus de Benoît Stizia ou de Jérémie Bigorie n'éveillent rien.

Au bout de la nuit (Studio de la Philharmonie - 21 mai 2017)

Trois solistes de l'EIC et trois musiciens de l'Orchestre de Paris se joignent pour une version en sextuor de "La Nuit transfigurée" d'Arnold Schoenberg, que j'apprécie de plus en plus, et du toujours aussi magnifique quatuor "Ainsi la nuit"d’Henri Dutilleux.

Georg Philipp Telemann - Brockes-Passion (Philharmonie de Paris - 15 Avril 2017)

Plutôt que choisir comme chaque année entre une Saint-Jean ou une Saint-Matthieu, j'ai décidé cette fois de suivre la proposition de Raphaël Pichon et de son admirable ensemble Pygmalion, et d'assister à cette Passion de Telemann basée sur un assemblage de textes effectués par Brockes, et consistant en un assemblage de musiques écrites par Haendel, Keiser, Mattheson, Graupner, et Telemann lui-même !
Belle découverte, que j'espère avoir l'occasion de ré-entendre un jour.
En attendant, l'année prochaine, ce sera de nouveau l'ensemble Pygmalion, mais dans un vaste cycle consacré à Bach !

brockes passion / telemann / pichon

dimanche 17 septembre 2017

Zorn by Zorn - Bagatelles Marathon (Philharmonie de Paris - 2 Avril 2017)

Et encore un concert où je me trompe d'horaire, et arrive du coup en retard, ce qui me prive de la prestation d'Acoustic Masada, mais me permet d'assister  au travail de placement du personnel de la philharmonie, qui nous divise en groupes et sous-groupes pour arriver aux différentes portes à temps pour le deuxième groupe.
Le concert est une suite de courtes démonstrations, par 12 formations successives. Duo de violoncelles ou de guitare, trio rock, piano solo, quartet avec guitare ou avec vibraphone, le format pousse les musiciens vers des performances énergiques, souvent même violentes. Le tout donne un kaléidoscope très plaisant.

Je retiens particulièrement le trio Trigger, où le guitariste se roule à terre de belle manière, le duo de guitariste Julian Lage / Gyan Riley, d'une rare élégance, le quartet de Mary Halvorson où j'ai un peu mieux compris la particularité de son jeu, et le duo Mark Feldman / Sylvie Courvoisier toujours aussi indispensable.

bagatelles marathon : erik friedlander / michael nicolas
bagatelles marathon : kris davis quartet
bagatelles marathon : trigger
bagatelles marathon : craig taborn
bagatelles marathon : john medeski trio
bagatelles marathon : julian lage / gyan riley
bagatelles marathon : nova quartet
bagatelles marathon : ikue mori
bagatelles marathon : mary halvorson quartet
bagatelles marathon : mark feldman / sylvie courvoisier
bagatelles marathon : asmodeus
bagatelles marathon : john zorn présente

Zorn by Zorn - The interpretations of Dreams (Cité de la Musique - 1 Avril 2017)

Il s'agit de la part "musique de chambre" de John Zorn. Cette fois, j'ai pris quelques notes ...
Dans l'ensemble, un concert agaçant par certains aspects, agréable par d'autres, mais cette part de la roduction zornienne n'est certainement pas la plus captivante.

The Aristos - Ghosts - Hexentarot

Chris Otto, violon ; Michael Nicolas, violoncelle ; Steve Gosling, piano. Ambiance et mélodies d'inspiration romantique, virtuosité visant à l'esbrouffe, technique de collage post-moderne.
the interpretation of dreams : chris otto / michale nicholas / steve gosling

Divagations

Steve Gosling, piano ; Greg Cohen, basse ; Tyshawn Sorley, batterie. On est entre musique de chambre et Jazz. La basse est joliment chantante, la batterie est plus free, fonctionnant en start/stop.
the interpretation of dreams : steve gosling / greg cohen / tyshaw sorey

Freud

Chris Otto, violon ; Jay Campbell, violoncelle ; MichaelNicolas, violoncelle. La méthode de composition reste basée sur du collage. Il y a de jolis passages techniques, avec les deux violoncellistes jouant chacun avec deux archets. Mais le musicien qui m'impressionne le plus est Chris Otto.
the interpretation of dreams : chris otto / jay campbell / michael nicolas

Obscure Objects of Desire

Chris Otto, violon ; Austin Wulliman, violon ; John Pickford Richards, alto ; Jay Campbell, violoncelle ; Steve Gosling, piano. Donc, un quatuor à cordes plus piano. La littérature abonde. Ici, c'est virtuose, mais vide.
the interpretation of dreams : jack quartet

Ouroboros

En bonus, ce trio : Jay Campbell, violoncelle ; Michael Nicolas, violoncelle ; Tyshawn Sorey, batterie. Impressionnants passages en saturation des deux violoncelles, chauffés par la batterie.
the interpretation of dreams : ouroboros

EIC 40 - Genesis (Cité de la Musique - 30 Mars 2017)

Sans vidéo et sans notes, relater cette soirée va être rapide.
Le principe, c'est d'avoir passé commande à 7 compositeurs d'une page de musique pour illustrer chacun des 7 jours de la création selon le livre de la Genèse.
Par ordre d'apparition, on a :
Jour 1  : Chaya Czernowin "On the Face on the Deep"
Jour 2  : Marko Nikodijević "dies secundus"
Jour 3  : Franck Bedrossian "Vayehi erev vayehi boker"
Jour 4  : Anna Thorvaldsdottir "Illumine"
Jour 5  : Joan Magrané Figuera "Marines i boscatges"
Jour 6  : Stefano Gervasoni "Eufaunique"
Jour 7  : Mark André "riss 1"

Le tout est bien sur enchaîné. 

Comme je n'ai aucun souvenir fiable de cette soirée, je préfère renvoyer directement vers les compte-rendus de Michèle Tosi "Genesis au coeur de la Création contemporaine" et de Pierre Rigaudière "... et l'Ensemble InterContemporain fut".

la génèse

EIC 40 - A Livres Ouverts (Cité de la Musique - 17 Mars 2017)

10 ans après le 30ème anniversaire de la naissance de l'EIC, tombe le 40ème anniversaire de la naissance de l'EIC. Mais cette soirée est plus ambitieuse, et plus réussie. Conçue par les deux flûtistes Emmanuelle Ophèle et Sophie Cherrier, elle se divise en quatre "livres" successifs, chacun proposant une série d’œuvres, en extraits ou en intégralités, illustrant une décennie. Les enchaînements sont remarquables de fluidité, avec des pièces jouées dans les gradins pendant que la scène est réaménagée, et des projections vidéos pour servir de parenthèses, etc. L'équipe des installateurs, qu'on voit si souvent travailler d'arrache-pied pour tout déplacer d'une pièce à l'autre, aura d'ailleurs droit à un hommage en cours de soirée.
Autre particularité : les œuvres jouées ne seront connues qu'après le concert, pour laisser la surprise. Et les applaudissements sont très limités entre les pièces.
Du beau boulot, donc !

(j'ai loupé le début du concert, n'ayant pas pris conscience de l'horaire particulier de 19h30, marathon musical oblige, mais j'ai pu rattraper par la vidéo)

Livre 1 (1977-1987)

On commence par une fanfare (du Berio) et de la percussion (du Xenakis), départ bien explosif, mais les points forts sont un émouvant "Mémoriale (... explosante-fixe ... Original)" de Boulez, et un 3ème mouvement du "Concerto de chambre" de Ligeti bien précis et enlevé.

Livre 2 (1987-1997)

Toujours de la diversité dans les effectifs successifs : un quintet de cuivres, un quatuor à cordes, un quintet de vents, un orchestre de chambre ... Mes moments préférés : la joliment élégiaque 1ère des "3 inventions" de Benjamin, et un extrait plaisamment agité de "Gejagte Form" de Rihm.

Livre 3 (1997-2007)

C'est le piano que je préfère dans cette partie, qu'il soit en solo dans une étude 1 d'Unsuk Chin, classique et poétique, ou en dialogue, étincelant, avec des percussions, dans le "Tombeau in memoriam Gérard Grisey" de Philippe Hurel. Mais le choix d'extraits atteint un peu ses limites : les univers de Jonathan Harvey ou de Philippe Manoury ne sont pas mis à l'honneur par les passages choisis.

Livre 4 (2007-2017)

Un peu de saturation avec la clarinette contrebasse de "Art of metal II" de Yann Robin, spectaculaire mais qui sonne déjà "vieux" ;  "... Nachlese II...", un duo pointilliste et fiévreux violon / violoncelle de Michael Jarrell ; un "Octet" pour instruments à vent de Peter Eötvös qui me laisse assez froid ; Bruno Mantovani vient diriger un extrait de ses "Streets", où se mélangent genres et couleurs et où fusent les traits solistes ; et un extrait de "bereshit", du chef actuel Matthias Pintscher, qui a tendance à un peu trop servir ses propres oeuvres.

Et c'est fini, tout le monde s'assemble, musiciens, personnel administratif, techniciens divers, surpris par une soudaine explosion de confettis, le public longuement applaudit, c'est beau.

eic 40 ans - à livres ouverts

samedi 17 juin 2017

Trio En Corps / Risser, Duboc, Perraud (Atelier du plateau - 15 Mars 2017)

Ce trio a sorti un disque il y a quelques années, et célèbre la sorte d'un deuxième ce soir. Je connaissais les trois musiciens, mais ils sont si polyvalents que le résultat de leur alliage était peu prévisible.

A une extrémité, il y a Edward Perraud, qui restructure continuellement sa batterie, démontant une cymbale, utilisant des archets aux formes étranges, complétant son set par des percussions venues d'ailleurs, pour varier continuellement les couleurs, les textures, les sonorités proposées. A l'autre extrémité, Eve Risser joue sur un piano préparé, dans une sorte de minimalisme exacerbé, des boucles sur deux ou trois notes, des scansions d'accords qui fouillent et s'enfoncent, mais où pulse une intensité d'invention à la Cecil Taylor, avant de tripatouiller d'indevinables objets dans la caisse de résonnance. Et au milieu, Benjamin Duboc règle la marche depuis sa contrebasse ; il me semble que c'est lui qui lance les nouvelles séquences et gère les changements de climat, entre des plages presque statiques, où tout vibre, fluctue, grince et grandit souterrainement, dans une nuit un peu hallucinée, et d'autres plages plus dynamiques, parfois même rythmiquement très vives, où d'éphémères schémas surgissent, oh une mélodie, oh un emportement synchrone, avant de se disloquer.
Tout ça est à fleur de peaux, à fleur de nerfs, à fleur de muscles, avec des identités très fortes à chaque pupitre, et de spectaculaires et imprévisibles changements parfois d'un instant à l'autre. Un trio en confrontation bien plus qu'en fusion, mais qui génère une musique organique et passionnante.

trio à corps

Ailleurs : concert de ce soir par Anne Montaron, chronique de leur deuxième disque par Philippe Méziat.

Budapest Festival Orchestra / Beethoven, Mahler (Philharmonie de Paris - 10 Mars 2017)

Ludwig van Beethoven - Symphonie n°1

Une interprétation que je vais avoir du mal à définir, puisque je découvre pour ainsi dire l'oeuvre (ben oui). Ce qui me semble cependant, c'est que la matière sonore sonne excessive par rapport au propos musical : c'est-à dire que pour moi, l'orchestre est trop gros, le son trop épais. J'aimerais trouver une version plus "orchestre de musique de chambre", pour voir si ça me convient mieux ...

Gustav Mahler - Le Chant de la Terre

Plus encore que le ténor Robert Dean Smith, pas vraiment passionnant, et que l'alto Gerhild Romberger, pourtant excellente, c'est l'orchestre, le Budapest Festival Orchestra, et son chef, Ivan Fischer, qui emportent le morceau. Sans esbroufe ni mise en avant de détails spectaculaires, il déroule le récit de façon très naturelle, mais en suscitant une attention constante : je suis happé tout du long, chants pairs et impairs, subjugué par la beauté simple des timbres, par le dynamisme des équilibres, par la conviction des musiciens. C'est une réalisation admirable.

budapest festival orchestra

Ailleurs : Julien Hanck

Texier / Marguet quartet For Travellers Only (Le Triton - 25 Février 2017)

Bon, heureusement qu'il y avait une vidéo du concert pour réveiller quelques souvenirs ...

Dans ce quartet mené par Sébastien Texier et  Christophe Marguet, on retrouve un compagnon de longue date, Manu Codjia à la guitare, et plus original, François Thuillier au tuba pour remplacer la contrebasse. Tous les thèmes viennent de Texier et Marguet, les plus rythmiques venant du saxophoniste, et les plus mélodieux venant du batteur. Pour tout dire, on est en terrain connu, et la couleur particulière amenée par le tuba pourrait être davantage travaillée et mise en avant, car elle se fait oublier, sauf lors des solos (avec glissandi barissants du plus bel effet).

De la douceur touchante de "Peace ouverture" (?) et son magnifique solo de guitare (ce soir, Codjia est un peu en sourdine, je le préfère plus tranchant et flamboyant), au déroulé impeccable et captivant de "Cinecittà", son rythme de bal populaire où la nostalgie enfle et se densifie jusqu'à déborder et m'emporte, sur les ailes de la clarinette de Texier et les fûts aiguisés de Marguet, les thèmes se suivent, pas tous à la même hauteur (le répertoire est en cours de création, joué pour la première fois ce soir). Mais la soirée est très agréable, ce qui est peu étonnant vus les musiciens réunis et l'entente qui les lie après tant d'années à se côtoyer chez les uns et les autres.

Bon vent donc à ce nouveau projet, à ses voyages et ses influences variées !

mardi 9 mai 2017

Planning Mai - Juin 2017

Ouhla, folle activité. Vais-je tenir le rythme ?



jeudi 16 mars 2017

EIC - Rothko Chapel (Cité de la Musique - 24 Février 2017)

Jay Schwartz - M

Cette pièce s'inspire d'une statue hommage peu conventionnel à Mozart. Et de fait emprunte, entre autre, quelques mots du Requiem, psalmodiés par le baryton Evan Hugues. Au bout d'un moment, les ondulations perpétuelles des cordes deviennent lassantes. Le tout devrait être impressionnant mais ça me laisse assez indifférent.

Matthias Pintscher - beyond (a passing of time)

Pièce solo pour flûte. Sophie Cherrier est comme d'habitude impériale, mais qu'est-ce que cette pièce propose que 100 pièces contemporaines pour flûte solo n'aient pas déjà proposé avant ? Qu'apporte-t-elle de particulier , Pas grand souvenir.

Gregor A. Mayrhofer - Grosse Huldigung an das technische Zeitalter

C'est le compositeur Gregor Mayrhofer qui dirige l'EIC ce soir, et c'est ma pièce préférée de la soirée. Une écriture dynamique, variée, qui ne cherche pas à inventer à toux prix, mais qui entraîne l'auditeur de surprise en surprise. J'aimerais beaucoup la réentendre !

Benjamin Attahir - Et nous tournions autour de ces fontaines hallucinées

Menée par deux violons au premier plan (le compositeur est également violoniste), cette musique est vive, colorée, assez échevelée, donne bien une idée d'hallucination. Un peu long trouveront certains.

Morton Feldman - Rothko Chapel

A l'EIC vient s'ajouter la chorale des Cris de Paris. Cette musique ne me touche pas. C'est joli, mais bof, ça ne fonctionne pas sur moi.

eic joue Rotko Chapel
Ailleurs : Alexandre Jamar, Michele Tosi

mardi 14 mars 2017

Munich / Gergiev (Philharmonie de Paris - 21 Février 2017)

Claude Debussy - Prélude à l'après-midi d'un faune

Euh, c'est le Faune, ça ? Ce truc sans mystère, sans épanouissement, sans sensualité, joué à deux à l'heure ? Le flûtiste solo est formidable, mais autour de lui, c'est consternant de non-musicalité.

Sergei Rachmaninov - Concerto pour piano et orchestre n° 3 op. 30

Là, on est loin de mon domaine. Daniil Trifonov s'empare du piano ; Valery Gergiev s'occupe de l'Orchestre philharmonique de Munich. OK, il y a beaucoup de notes jouées très vite, et le public clairement adore. Mais ça manquerait pas de respiration, de quelque-chose qui me prenne et m'emmène ? Rien de désagréable, ça se laisse écouter, mais ce n'est pas cette interprétation qui me réconciliera avec ce type de, musique.

Gustav Mahler - Symphonie n°1

Il y a de grands moments dans cette interprétation : un premier mouvement très agréablement rustique, où pointe des tensions et des obscurités qui vont peu à peu prévaloir ; un deuxième mouvement au début lourdement pulsé par les contrebasses ; une marche funèbre très en place ; et des moments d'angoisse et de flottements dans le final. Bien.

Ailleurs : Vincent Guillemin, Gilles d'Heyres, Palpatine

Spotify : Une version autrement plus convaincante et musicale du concerto de Rachmaninov : Rachmaninov: Piano Concerto No.3 By Martha Argerich, Deutsches Symphonie-Orchester Berlin, Riccardo Chailly

lundi 13 mars 2017

Le chant de la terre (Cité de la Musique - 29 Janvier 2017)

Alors que le concert de la veille m'avait donné de mémorables souvenirs, celui-ci, aucun. Douglas Boyd dirigeait donc l'Orchestre de chambre de Paris dans la "Symphonie de chambre n°1" d'Arnold Schönberg, puis dans la transcription, par le même Schönberg, du "Chant de la terre" de Gustav Mahler, chanté par Bernarda Fink et Michael Shade.
J'ai du aimer, mais aucun détail ne me revient, ni sur l'orchestre, ni sur les interprètes; Tant pis !

le chant de la terre

Le Château de Barbe-Bleue (Philharmonie de Paris - 28 janvier 2017)

György Ligeti - San Francisco Polyphony

Ce n'est pas ma pièce préférée de Ligeti, mais ce soir je la trouve tout simplement amorphe, sans tension, sans récit, en fait, sans intérêt.

György Kurtag - Stèle

Là, par contre, c'est du lourd, du dense, de l'architectural impressionnant. L'EIC, dispersé dans les rangs, entraîne vaillamment les jeunes musiciens de l'Orchestre du CNSMDP. Une intro, une accélération, et une lente scansion inspirée des "larmes" du Château de Barbe-Bleue, c'est d'un hiératisme lugubre et poignant.

Béla Bartok - Le Château de Barbe-Bleue

Matthias Pintscher obtient des couleurs splendides de cet orchestre fusion, sensualité des premières portes, explosion des suivantes (aidé par l'orgue de la Philharmonie pour un effet terrible !), glaciations finales, je me plonge avec délectation dans la masse sonore. Dans le rôle de Barbe-Bleue, le baryton John Relyea est terrifiant, grondant et roulant, parfait. Michelle DeYoung par contre me convient moins, pas assez intense, tant vocalement que dramatiquement. Du coup, quand elle chante, mon attention se porte vers la musique qui la porte, et vue sa beauté ce soir, j'y perds peu.

le chateau de barbe bleue

Ailleurs Thomas Vergracht, Palpatine, La souris

jeudi 9 mars 2017

Planning Mars - Avril 2017

Bon, je commence à accumuler un joli retard dans mes chroniquettes ... Mais voici encore un planning en temps et en heure !


samedi 4 février 2017

CNSMDP - Over the Rainbow (Philharmonie de Paris - 15 Janvier 2017)

Curieux concert (ou est-ce un spectacle ?) que nous proposent, dans la petite salle de répétition, Clément Lebrun et les élèves (musiciens et compositeurs) du Conservatoire National Supérieur. Lui et Hae-Sun Kang (violoniste à l'EIC et apprends-je donc aujourd'hui également enseignante au CNSMDP - musique contemporaine, quatuor à cordes, musique de chambre et quelques autres disciplines) ont demandé à des compositeurs en herbe d'écrire des pièces autour de la thématique des couleurs. S'ajoutent d'autres pièces contemporaines plus ou moins connues, et enfin un texte récité et joué par Clément Lebrun, qui intervient donc en Monsieur Loyal, faisant la présentation des œuvres, et le lien entre elles. La part théâtrale (gesticulations de Lebrun, entrées-sorties de élèves, et également des séquences chorégraphiées) est importante. Le tout est considéré comme un seul gros bloc, personne n'applaudissant avant le fin.

Les notes prises sur le vif dans le livret ne m'évoquent plus grand-chose, l’enchaînement de pièces courtes ne facilitant pas la mémorisation. Je les livre direct (pour quand ces noms réapparaîtront dans les programmes). A noter tristement : que des garçons chez les compositeurs ...

Maël Bailly - Rose : 6 violons, assez tapageur, des pistes, à approfondir.
Benoît Sitzia - Canto : sextet de cordes, un plan central bien, et de beaux développements
Stanislav Makovskiy - Indigo : 3 trios, belle maîtrise des interactions
Francisco Uberto - pixels de statique : avec récitations, pas du tout aimé
Alex Nante - Der Gelbe Klang : duo solaire et lyrique, bien
Rémi Bricourt - Organe : 2 violons en pizzicati et bruits, pas du tout aimé
Bastien David - Sanguine : trio en fusion de sons, bof

En complément, des extraits de "Prologue" de Grisey, de "Dialogue de l'ombre double" de Boulez, de "Kafka Fragments" de Kurtag ... La découverte à écouter plus posément : les "Caprices pour violon" de Sciarrino.

Les musiciens :

over the rainbox - les musiciens

Les compositeurs :

over the rainbow - les compositeurs

Ailleurs : Michèle Tosi

vendredi 27 janvier 2017

Cinéma 2016

J'aurais pu me forcer pour atteindre les 50 films ! Mais 49 est déjà un record pour ces dernières années. Beaucoup trop de mauvais block-busters, mais aussi plein de coups de coeur, une année assez contrastée, donc.

Au-delà des montagnes +, Carol +, The Big Short, Mia Madre, Creed, Les délices de Tokyo +, Spotlight, Anomalisa, Deadpool -, Les innocentes, Avé, Cesar !, The Assassin, Midnight Special, Brooklyn +, Médecin de campagne -, Jodorowsky's Dune, Les Ardennes, Captain America: Civil War, Cafe Society -, Ma Loute +, X-Men: Apocalypse -, Julieta, Elle +, Warcraft : le commencement -, The Neon Demon -, Tout de suite maintenant, The Strangers +, Irréprochable, La tortue rouge, Comme des bêtes -, Suicide Squad -, Jason Bourne -, Sieranevada +, Star Trek Sans Limites, - S.O.S. Fantômes, Victoria +, Les 7 mercenaires -, Frantz +, Miss Peregrine et les enfants particuliers, Mal de pierres, Doctor Strange, Mademoiselle +, Poesia sin fin -, Ma Vie De Courgette, La fille de Brest, Sully -, Premier contact +, Rogue One, Fais de beaux rêves.

Peter Brook - The Valley of Astonishment (Théâtre des Bouffes du Nord - 20 Décembre 2016)

J'avais vu, il y a des années, "L'homme qui (prenait sa femme pour un parapluie)", du même Peter Brooke, et en avait été ébahi. On en retrouve ici certains principes : la permutation constante des personnages, qui, enfilant une blouse, deviennent médecins, et l'enlevant deviennent patients ; les anecdotes , comme une suite de sketchs, sur certains troubles mentaux. Mais l'histoire se concentre rapidement sur Kathryn Hunger, qui joue une journaliste douée d'une mémoire phénoménale, qu'elle utilisera dans des spectacles de cirque, jusqu'à saturer son "palais de la mémoire" amélioré, de tous les mots dictés par les spectateurs, qu'elle n'arrive pas à effacer.
Pour alléger, un interlude fait intervenir deux spectateurs pour des jeux de cartes et de réflexion, et ce soir-là le second refuse de comprendre ce qu'on attend de lui ... Une performance de Marcello Magni, en homme qui ne retrouve sa proprioception que par le regard, et qui ne peut marcher qu'en fixant intensément ses jambes et ses pieds, fait aussi office de pause dans l'évocation de la vie de cette femme qui voudrait apprendre à oublier.
Enfin, un prologue très étrange invoque une mystérieuse réunion d'hommes silencieux ; cela doit venir du poème "La Conférence des Oiseaux" cité dans le livret. Mais je ne vois vraiment pas le rapport avec le reste !
Donc, une pièce formidablement interprétée, magnifiquement mis en scène, dans le décor minimal qui sied aux Bouffes du Nord, texte intéressant mais finalement moins renversant que "L'homme qui", et une mise en contexte que je ne comprends pas.

EIC - Poppe music (Cité de la Musique - 9 Décembre 2016)

Pascal Dusapin - Jetzt genau !

C'est un petit concerto pour piano et six instruments, qui ne peuvent marcher par fusion de timbres. Des séquences très variées s'enchaînent, qui vont d'une clarinette très jazz klezmer, à des passages presque post-romantiques. Spectaculaire et charmant.

pascal dusapin, cornelius meister

Agata Zubel - Double battery

Franchement, à part que c'est très bruyant (saturé d'instruments qui crient, crissent et vrombissent à qui mieux mieux), je ne trouve pas grand-chose à en dire.

Ennio Poppe - Brot

C'est une pièce pour cinq instruments, tirée d'un opéra autour de Robinson Crusoé. C'est vif, plaisamment de plus en plus agité, avec pas mal d'humour, de la virtuosité, bref, bien.

Ennio Poppe - Kopper

Cette longue pièce pour grand orchestre est aussi tirée d'un opéra. Le résultat est plus lyrique, mais me laisse guère de souvenirs.

Ailleurs: Michèle Tosi

samedi 14 janvier 2017

Planning Janvier-Février 2017

Ouf, juste dans les temps, puisque les festivités ne commencent que demain ! Programme léger, qu'il va falloir épaissir en cours de route ...


jeudi 12 janvier 2017

Jeanne Added - Be Sensational (Elysée Montmartre - 7 Décembre 2016)

J'avais vu Jeanne Added au début de cette tournée, avant la sortie de l'album "Be Sensational", il y a plus d'un an et demi, au festival LFSM. La voici en fin de tournée, pour trois concerts à l'Elysée Montmartre (où j'ai l'impression de n'avoir jamais été avant).

En première partie, John Greaves bénéficie d'un son médiocre qui engloutit sa voix et les instruments. Quand enfin un morceau me titille l'oreille, je finis par me rendre compte que c'est une reprise, lourde et sale comme il faut, de "Working Class Hero"... Jeanne Added vient ajouter sa voix pour la dernière chanson. Bon, c'eut été mieux au Triton ...

Après l'entracte, les choses sérieuses commencent. Son puissant et impeccable, lumières soignées, tout a pris plus de présence et d'ampleur. Chaque chanson de l'album devient une épopée, architecturée, avec des envolées, des reprises, de fausses fins, une plus grande épaisseur sonore aussi, et une souplesse dynamique impressionnante.
A la batterie, Anne Paceo a été remplacée par Emiliano Turi, plus brutal, parfois trop, mais cela donne une puissance rythmique formidable dans les parties techno trance enfiévrées. Il est parfois complété par Marielle Chatain, qui joue des percussions électroniques, en plus des claviers et de la voix. Narumi Hérisson continue d'assurer l'essentiel des claviers, discrète et presque dans l'ombre.
Et bien sur, devant, happant la scène, chantant, jouant parfois de la basse, mais aussi dansant, invectivant et enflammant le public, il y a Jeanne Added, Là on en sentait le stress et la libération d'adrénaline, aujourd'hui on ressent le plaisir d'y aller, de sauter, de courir d'un coté de l'autre, elfe bondissante et heureuse, confiante, complice, partageuse, acceptant l'énergie du public, s'en nourrissant et la renvoyant.
Vers la fin du concert, deux inédits : mais après la jubilatoire revisite des morceaux maintenant bien connus de "Be Sensational", je les trouve encore un peu chétifs et hésitants ; il faudra les réentendre quand ils auront mûri.

2016/12/07 : Jeanne Added à l'Elysée Montmartre