mardi 27 février 2007

Quizz musical 1997 - Les réponses

Deuxième volet des réponses au quizz, après les 20 ans, les 10 ans d'âge.

Les chansons bonus sont désormais disponibles dans la playlist "Au hasard sur 1987 1997 et bonus" de la Radio Dark.

1997 - 01 = Moby - New dawn fades


Moby / 1997 - I like to score
Bonus : Moby - Go (Live) / 2001 - Play The DVD - Live on TV

1997 - 02 = Numb - Desire


Numb / 1997 - Blood Meridian
Bonus : Numb - Immolate / 1998 - Language Of Silence

1997 - 03 = Fluke - Absurd


Fluke / 1997 - Risotto
Bonus : Fluke - Glidub / 1993 - Six Wheels On My Wagon

1997 - 04 = Chemical Brothers - Block rockin' beats


Chemical Brothers / 1997 - Dig Your Own Hole
Bonus : Chemical Brothers - Out of Control / 1999 - Surrender

1997 - 05 = Terranova - Contact DJ-Kicks


Terranova / 1997 - DJ Kicks
Bonus : Terranova - Sweet Bitter Love / 1999 - Close The Door ; Terranova - Back in Time / 2004 - Digital tenderness

1997 - 06 = Roni Size Reprazent - Watching windows


Roni Size Reprazent / 1997 - Newforms
Bonus : Roni Size Reprazent - Who Told You / 2000 - In The Mode

1997 - 07 = Tosca - Chocolate Elvis


Tosca / 1997 - Opera
Bonus : Tosca - Honey (Markus Kienzl Dub) / 2002 - Different Tastes of Honey ; Tosca - Rolf Royce / 2003 - Dehli9

1997 - 08 = Lamb - God Bless


Lamb / 1997 - Lamb
Bonus : Lamb - Gabriel / 2002 - What Sound

1997 - 09 = Recoil - Luscious Apparatus


Recoil / 1997 - Unsound Methods
Bonus : Recoil - Jezebel / 2000 - Liquid

1997 - 10 = Depeche Mode - Sister of night


Depeche Mode / 1997 - Ultra
Bonus : Depeche Mode - Pain Killer Kill The Pain (DJ Shadow Vs Depeche Mode) / 2004 - Remixes 81 - 04

1997 - 11 = Bjork - Joga


Bjork / 1997 - Homogenic
Bonus : Bjork - So Broken / 1997 - Joga

1997 - 12 = Trisomie 21 - No Shine - No Grove - No Use - No Heat (La Fête triste)


Trisomie 21 / 1997 - Gohohako
Bonus : Trisomie 21 - The Perfect Side Of Doubt / 1992 - Distant Voices ; Trisomie 21 + Beta Evers - Personnal Feelings (Dark Heart Remix) / 2006 - D-Side CD 34

1997 - 13 = Les Jumeaux - Cobalt


Les Jumeaux / 1997 - Cobalt
Bonus : Les Jumeaux - Carroussella / 1996 - Feathercut

1997 - 14 = The Prodigy - Narayan


The Prodigy / 1997 - The Fat Of The Land
Bonus : Prodigy - Memphis Bells / 2004 - Always Outnumbered Never Outgunned

1997 - 15 = Anne Clark - Our Darkness (Total Eclipse Remix)


Anne Clark / 1997 - Word Processing - The Remix Project
Bonus : Anne Clark - Up / 1988 - R.S.V.P

1997 - 16 = Download - Mzeo B


Download / 1997 - iii
Bonus : Download - Separate / 1996 - The Eyes of Stanley Pain ; Download - Ayahuasca / 2000 - Effector

1997 - 17 = Haujobb - Horizon


Haujobb / 1997 - Matrix
Bonus : Haujobb - Journey Ahead / 1996 - Solutions for a Small Planet ; Haujobb - Less / 1999 - Ninetynine

1997 - 18 = Autechre - Cipater


Autechre / 1997 - Chiastic Slide
Bonus : Autechre - Rotar / 1995 - Tri Repetae ; Autechre - Arch Carrier / 1998 - LP5

1997 - 19 = Hooverphonic - Wardrope


Hooverphonic / 1997 - A New Stereophonic Sound Spectacular
Bonus : Hooverphonic - This Strange Effect / 1998 - Blue Wonder Power Milk

1997 - 20 = Nuyorican Soul - Habriendo El Dominante


Nuyorican Soul / 1997 - Nuyorican Soul
Bonus : Yasushi Ide - Plein Soleil (Nuyorican Soul Remix) / 1999 - Bossa Très ... Jazz - When Japan Meets Europe

mercredi 21 février 2007

Prokofiev - Mahler (Salle Pleyel - 20 Février 2007)

Sergueï Prokofiev - Symphonie n°1 "classique"

Yuri Temirkanov mène sans baguette mais avec une imposante autorité les musiciens de l'Orchestre Philarmonique de Saint-Pétersbourg dans les impétuosités de l'allegro initial, où brillent les cordes ; les flûtes répondront avec brio dans le finale, pris lui aussi à toute vitesse. Symphonie vivement colorée et vibrionnante, excellent début de programme !

Sergueï Prokofiev - Concerto pour violon n°1

Apparaît Sayaka Shoji, frêle dame de 24 ans, qui démontre une grande maîtrise de jeux, une large palette de techniques et de sonorités, au détriment sans doute d'une émotion plus profonde. En bis, elle offre, humm, une pièce plutôt moderne, ah non, c'est du Bach, non, c'est moderne mais c'est un hommage appuyé à Bach, ah, c'est du Reger.

Gustav Malher - Symphonie n°1 "Titan"

Enfin l'orchestre est au complet, et copieux ! Les gestuelles de Terminakov sont parfois étranges, battant des coudes façon danse des canards, agitant frénétiquement les mains comme pour tout arrêter, ou les moulinant plus tranquillement avant d'arracher du bout des doigts l'intervention d'un pupitre éloigné. L'orchestre suit avec une grande attention. Ce n'est pas une interprétation historique ou particulièrement passionnante, mais c'est de l'excellent travail, avec des moments magnifiques, le trio du II, ou le patchwork du III ("Frère Jacques", puis musique Klezmer, sur fond de marche funèbre, etc.).
En bis, un truc déjà entendu et bien beau, ah, c'est Nimrod ...

samedi 17 février 2007

Quizz musical 1987 - Les réponses

Après la fébrile activité du début du mois, il est temps de dévoiler les réponses.
Avec des chansons en bonus, et plein de sites officiels de toute beauté, quel bonheur, quel bonheur.
Les réponses pour 1997 seront révélées dans une ou deux semaines.

Les chansons bonus sont désormais disponibles dans la playlist "Au hasard sur 1987 1997 et bonus" de la Radio Dark.

1987 - 01 = Poesie Noire - Radioactive flood


Poesie Noire / 1987 - Tales of doom
Bonus : Poesie Noire - Timber / 1988 - Tetra

1987 - 02 = The Neon Judgement - Billy Tcherno And Pretty Petrouchka


The Neon Judgement / 1987 - Horny As Hell
Bonus : The Neon Judgement - Chinese Black / 1987 - A Man ain't no Man when a Man ain't got no Horse, Man

1987 - 03 = Skinny Puppy - Deep Down Trauma Hounds


Skinny Puppy / 1987 - Cleanse Fold And Manipulate
Bonus : Skinny Puppy - Testure / 1988 - VIVIsectVI ; Skinny Puppy - Tormentor / 1990 - Too Dark Park

1987 - 04 = Numb - God Is Dead


Numb / 1987 - Numb
Bonus : Numb - Revenant / 1993 - Death On The Installment Plan

1987 - 05 = Click Click - I Rage I Melt


Click Click / 1987 - I Rage I melt
Bonus : Click Click - She Can / 1989 - Bent Massive

1987 - 06 = Severed Heads - Hot with Fleas


Severed Heads / 1987 - Bad Mood Guy
Bonus : Severed Heads - Big Car / 1989 - Rotund for Success

1987 - 07 = A Split Second - Burn Out


A Split Second / 1987 - Ballistic Statues
Bonus : A Split Second - Arsenic on the Rocks / 1988 - From the Inside

1987 - 08 = Front Line Assembly - Casualties


Front Line Assembly / 1987 - The Initial Command
Bonus : Front Line Assembly - Big Money / 1989 - Gashed Senses & Crossfire ; Front Line Assembly - Bio-Mechanic / 1992 - Tactical Neural Implant

1987 - 09 = Front 242 - Rerun Time


Front 242 / 1987 - Official Version
Bonus : Front 242 - Never Stop v1.0 / 1989 - Never Stop ; Front 242 - Until Death (Us Do Part) / 1988 - Front By Front

1987 - 10 = Trisomie 21 - The rickshaw


Trisomie 21 / 1987 - Million Lights
Bonus : Trisomie 21 - A dirge for love / 1989 - Works ; Trisomie 21 - Ravishing Delight / 1987 - Shift Away

1987 - 11 = The Tear Garden - The Center Bullet


The Tear Garden / 1987 - Tired Eyes Slowly Burning
Bonus : The Tear Garden - A Ship Named Despair / 1992 - The Last Man To Fly

1987 - 12 = Chris & Cosey - Exotika


Chris & Cosey / 1987 - Exotika
Bonus : Chris and Cosey - Deep Velvet / 1990 - Trust

1987 - 13 = The Cure - If Only Tonight We Could Sleep


The Cure / 1987 - Kiss Me Kiss Me Kiss Me
Bonus : The Cure - Hello I Love You (Psychedelic Version) / 2004 - Join The Dots

1987 - 14 = Depeche Mode - The Things You Said


Depeche Mode / 1987 - Music For The Masses
Bonus : Depeche Mode - Halo (Goldfrapp Remix) / 2004 - Remixes

1987 - 15 = Laibach - Opus Dei


Laibach / 1987 - Opus Dei
Bonus : Laibach - In The Army Now / 1994 - N.A.T.O

1987 - 16 = Simple Minds - Love Song - Sun City - Dance To The Music + New Gold Dream


Simple Minds / 1987 - Live In The City Of Light
Bonus : Simple Minds - Waterfront (89 Remix) / 1989 - Kick it in

1987 - 17 = SPK - Kambuja


SPK / 1987 - Oceania (In Performance 1987)
Bonus : SPK - The Agony Of The Plasma / 1982 - Leichenschrei

1987 - 18 = Current 93 - The Red Face of God


Current 93 / 1987 - Christ and the Pale Queens Mighty in Sorrow
Bonus : Current 93 - The Return of the Final Church / 1989 - Crooked Crosses for the Nodding God

1987 - 19 = In The Nursery - Elegy


In The Nursery / 1987 - Stormhorse
Bonus : In The Nursery - To The Faithful / 1990 - L'Esprit ; In The Nursery - Corruption / 1992 - Duality

1987 - 20 = Dead Can Dance - Persephone (the gathering of flowers)


Dead Can Dance / 1987 - Within The Realm Of A Dying Sun
Bonus : Dead Can Dance - The Writing On My Father's Hand / 1988 - The Serpent's Egg ; Dead Can Dance - Black Sun / 1990 - Aion

Akram Khan - Third Catalogue (Théâtre des Abbesses - 15 Février 2007)

Voici un spectacle fort couru : de nombreux quêteurs de place aux alentours du théâtre, et surtout un placement en salle assez loin de la scène, ce qui m'est rarement arrivé aux Abbesses. Est-ce cette distance qui empèche au charisme habituellement intense d'Akram Kahn de faire effet ? Les trois premières pièces ("Ardhanarishwara" issu de "Polaroïd Feet" de 2001, "Ronin" de 2003, et "Chakravyuh" de 2005) ne me passionnent guère. La technique du danseur solo est toujours aussi spectaculaire, en vitesses de rotation parfaitement maîtrisées, en gestes saturés d'énergie, en traditions plus ou moins subtilement décalées. Mais la magie n'agit pas. Au point que je passe la troisième pièce, après entracte, à somnoler. Trop de fatigue peut-être pour apprécier le spectacle ?
Splendide musique, par contre, avec des musiciens répartis des deux cotés de la scène, qui profitent de larges plages, lorsque Khan change de vêtements et souffle un peu. Et extraordinaire improvisation finale, avec en particulier un passage où le danseur démontre les possibilités musicales des grelots attachés à ces chevilles, en vagues sonores interrompues des claquements secs des talons, dans des rythmiques d'une complexité rare (et sans forcément accélérer).

dimanche 11 février 2007

Et un photoblogue de plus

Pour ceux qui s'intéressent à mes photos, et qui commencenceraient, sur le compte Flickr, à saturer un peu sous l'avalanche des scans (après le Maroc, il y aura l'Espagne ...), je signale l'ouverture d'un photoblogue, A Revoir, où je tente de sélectionner, améliorer et commenter des photos prises il y a un an.

samedi 10 février 2007

Dufourt - Eötvös (Cité de la Musique - 9 Février 2007)

Hugues Dufourt - La Tempesta, d'après Giorgione

Comment traduire en musique cette attente figée par un éclair irréel ? Dufourt utilise un instrumentarium assez original, avec entre autres une spectaculaire flûte contrebasse, une clarinette contrebasse, un trombone ténor-basse. Chaque note est tenue comme une vague, qui enfle puis décroit. Cela crée une lente et immuable respiration, qui pourrait viser une sorte d'apaisement à la Cage, si n'étaient les tensions des harmonies et des couleurs orchestrales, vrombissantes à la limite de la menace. Peu à peu, la tessiture monte, vers le blanc de l'éclair immanent. Mais sur 20 minutes, c'est long.

Hugues Dufourt - Down to a Sunless Sea

Les cordes de l'orchestre du conservatoire viennent rejoindre celles de l'EIC, pour 10 minutes de fluctuations diverses qui ne me laissent aucun souvenir !

Peter Eötvös - Atlantis

Après les atmosphères et études climatiques de Dufourt, Eötvös nous sort le grand spectacle ! Des percussionistes dans les tribunes, de la spatialisation électronique, quatre autres percussionistes en front d'orchestre et le masquant presque, un baryton et un enfant en font de scène, c'est du lourd, de l'intense, du dramatique et cinématographique ! Il dirige tout ça en se tournant dans tous les sens, et nous emporte pendant une grosse demi-heure par monts et par flots, un voyage mouvementé et aux effets variés, où on ne s'ennuie pas une seconde, au détriment peut-être d'émotions plus subtiles.

samedi 3 février 2007

Olga Pona (Théâtre des Abbesses - 2 Février 2007)

Does the English Queen Know What Real Life is About ?

Le titre ne sera pas explicité, ni par le livret, ni par la danse. 4 femmes d'un coté, 5 hommes de l'autre, qui se recoupent momentanément en couples mais restent plus souvent en groupes de même sexe, peut-être la chorégraphe russe, du genre autodidacte, veut-elle nous parler d'éducation sentimentale. Une structure est posée en fond de scène, avec des barres, des cordes, un étage où s'allonger, comme ces machineries très prisées par François Verret. La danse est puissamment athlétique, ample, acrobatique, mais assez répétitive. Trop d'intensité anesthésie l'intensité, et pour tenir 45 minutes, ça manque d'une écriture dramatique en moments forts et faibles. Dommage, parce que la technique des danseurs est admirable - les corps se désarticulent de spectaculaire manière, avec une absence totale d'expressivité faciale qui fait plus songer à des pantins ou à des robots (le livret nous parle de Forsythe, mais l'effet produit est extrêmement différent : en simplifiant fichtrement, la technique chez Forsythe libère le corps des contingences articulatoires, ici elle accentue la sensation d'asservissement des corps qui ne résistent plus aux ordres). La musique électronique, d'une faible qualité, et les éclairages, peu élaborés, n'aident pas.

The Other Side of the River

Cette fois, il y a plus une histoire : dans les années 60, des employés d'une laverie portent momentanément les habits des clients américains et s'imaginent une vie plus glamour. La musique de base, électronique et toujours aussi médiocre, est heureusement coupée d'extraits divers, comme entendus à la radio et porteurs de rêves, partition de comédie musicale, air de tango, chanson de Montand, sur lesquels les 3 femmes et les 6 hommes, abandonnant leurs planches à repasser dans un épais nuage de fumée vaporeuse, se lancent dans des chorégraphies toujours aussi spectaculairement athlétiques (extraordinaire performance physique que de danser 90 minutes à ce niveau d'intensité !). Le livret déchiffre des scènes qui seraient restés obscures (le personnage de la prostituée, par exemple), et tente de donner un aspect très "politique" à ces pièces ; pousser l'aspect théâtral serait sans doute plus efficace, si Olga Pona a des messages à faire passer sur son pays. Pour l'instant, l'impression reste mitigée, un bouquet de promesses, mais qui demanderont pas mal d'efforts pour véritablement s'épanouir.

Bass Desires (Théâtre du Châtelet - 1 Février 2007)

Présenté comme l'un des groupes de jazz les plus novateurs des années 80, et réuni ce soir suite à plusieurs années d'effort de la part de François Lacharme, Bass Desires est un collectif plutôt atypique en jazz, puisque composé d'un bassiste, d'un batteur, et de deux guitaristes ; l'un des deux guitaristes se mettrait à chanter qu'on aurait une formation plus typique du Rock !

bass desires au chateletLe leader du groupe est censé être le bassiste, Marc Johnson, homme très discret sur scène, à qui il faut presque forcer la main pour qu'il se lance dans un solo, où il se livre alors à des explorations harmoniques parfois aventureuses, mais conservant une inébranlable élégance dans la rythmique. A la batterie, Peter Erskine, solide, très régulier, un peu trop à mon goût, par trop prévisible, et explosif dans de rares et courts solos. Mais l'essentiel de la musique vient des deux guitaristes, qui enchaînent leurs interventions : Bill Frisell, au son cristallin, presque pétillant, économe et subtil, et John Scoffield, au son plus ambré, plus épais, presque sirupeux, utilisant les pédales pour ajouter quelques effets spéciaux.

bass desires au chateletLeur univers est varié, bien que préférant nettement des allures modérées, il passe d'un blues à une mélodie exotique, d'un rock ("House of the Rising Sun") à un standard de Jazz ("Resolution" de Coltrane), d'une reprise Pop à un air de Reggae. Ce n'est pas vraiment de la musique révolutionnaire (j'ignore quel a pu être leur impact il y a 20 ans), mais c'est très agréable, plutôt tranquille, peut-être même un brin trop confortable. Sous les lumières soignées du Châtelet, et au milieu d'un public heureux, la soirée est excellente.