lundi 1 janvier 2007

Cinéma 2006

Etrangement, je ne ressens pas le besoin de garder trace des films vus au cours de l'année, alors que ce blogue est la troisième tentative (enfin fructueuse) d'effectuer cette mémorisation pour tout ce qui est "spectacle vivant". Pourtant, je conserve dans une boîte tous les tickets de cinéma utilisés depuis mon abonnement à l'Illimité (le but étant au départ de vérifier la rentabilité de l'investissement, puis, une fois cela amplement prouvé, l'habitude est restée). Certains sont à peine lisibles, et les titres abrégés ne me disent parfois plus rien...

Avant que tout ça ne parte dans le Grand Nulle Part, petit bilan :
2001 : 48 films
2002 : 57 films
2003 : 73 films
2004 : 59 films
2005 : 59 films
2006 : 54 films
(je vous laisse vérifier si cela correspond au profil de consommation des encartés établi dans cette épaisse étude sénatoriale)

Et petit inventaire pour cette année :
Lord of ; La vérité nue ; Mme Henderson ; Mort de Dante * ; Chaperon rouge ; Le chien jaune ; Petites confid ; L'ivresse du ; Tr. Capote * ; Renaissance ; Le passager ; Romanzo ; Burt Munro ; Les brigades ; OSS 117 ; V pour ; Mis. impossible ; Inside man ; Le samouraï * ; Bubble ; Volver * ; X men 3 ; Paris je t'aime ; Le voyage en ; Tournage dans ; Superman returns ; Vol 93 ; La raison * ; Slevin ; Pirates ; Les Berkman ; La science des ; Nausicaa ; Je vais bien ne * ; Thank you for s ; Little miss * ; A scanner darkly ; Dans Paris ; Vérité ; Les fils ; The queen * ; Les lumières du * ; De Pan ; Scoop ; Bamako ; Prête moi ; Le prestige * ; Babel ; Casino royal * ; Coeurs ; Les infiltrés ; Mauvaise foi ; Hors de prix * ; Appartement.
(* : particulièrement appréciés, sans ordre particulier)

3 commentaires:

zvezdo a dit…

tu m'as coiffé au poteau : (en fait je suis à 52, y compris hors de prix à qui je ne mettrais pas d'étoile). Bonne année, à bientôt au concert (on devrait avoir des intersections en janvier)

LM a dit…

Et les cinémas du Quartier Latin ? Même pas une petite séance de temps en temps ? Pour un parisien culturé, il me semble que c'est une faute grave... :-)
Ah les méfaits de l'illimité...

bladsurb a dit…

Plus que la gratuité, c'est la crainte d'une salle inconfortable (peu souvent justifiée, mais les expériences malheureuses laissent des souvenirs longtemps) qui me fait renoncer le plus souvent, ainsi que l'impossibilité de réserver.
Mauvaises raisons, mais si cela peut être rassurant, j'ai un peu honte de cette désertion, parfois, presque ...