dimanche 1 octobre 2006

Yaron Herman Trio (Bar La Fontaine - 29 et 30 Septembre 2006)

Deux soirs de suite les mêmes artistes, cela m'arrive rarement. Mais il s'agissait aussi d'un événement : la fermeture définitive d'un lieu sympa et chaleureux, et la découverte d'un pianiste fabuleux.

yaron herman trioLors de mon premier passage à La Fontaine, j'avais peu apprécié la promiscuité, l'accoustique approximative, le confort spartiate. Ce n'était pas une salle de concert, c'était d'abord un bar, aménagé grossièrement pour accueillir des musiciens et du public. Et au fil des visites, l'ambiance particulière commençait à bien me plaire, tenant aussi à la découverte de jeunes artistes dont on sentait la connivence, le plaisir de développer des projets ensemble, de se cotoyer et se bousculer soir après soir (la durée des résidences était un enjeu essentiel, là où les clubs ne proposent plus que trois soirées de suite, La Fontaine offrait à Anne Paceo une place de batteuse pour tous les concerts du mois de Juillet !). C'était un lieu de musique vivante, où les musiciens pouvaient s'offrir le luxe de prendre le risque de se tromper, comme le dit Manuel Marchès.
Malheureusement, une plainte de voisinage déposée en Juillet (la canicule aura sans doute rendu le personnel moins scrupuleux sur la fermeture des fenêtres pendant les sets), une visite d'inspecteurs de police constatant que le lieu n'est pas aux normes de sécurité, l'impossibilité financière et artistique de transformer l'endroit, et c'est donc la fermeture, avec ces deux concerts de Yaron Herman en trio pour clôre l'aventure.

dernier concert au bar la fontaineHeureusement, le pianiste ne laisse pas les circonstances assombrir sa musique. Si le premier morceau commence dans une sorte de magma harmonique et rythmique, qu'un élan finit par propulser, le deuxième s'amuse de phrases swingueuses subtilement décalées, qui serviront de base à un ping-pong enjoué avec le batteur.
Samizdjazz parle déjà très bien du jeu de ce pianiste qui s'ouvre à une carrière potentiellement magnifique. Ce qui m'a frappé, c'est qu'il échappe à la dualité un peu usée Bill Evans / McCoy Tyner. Il est de la génération suivante, qui s'est abreuvée de ceux qui s'étaient confrontés à cet héritage-là. Et quoiqu'il joue, aux abords du silence ou en pleine explosion, il exprime de tout son corps une intensité de bonheur, clown à ses heures, en mimiques et grimaces, disparaissant par moment derrière son piano puis se dressant, presque debout, chantonnant (longue lignée ...), ou crispé, fouillant à la recherche de la bonne note, du bon accord ; un coté spectaculaire qui serait pénible s'il n'était totalement sincère.

dernier concert au bar la fontainePour l'accompagner, Fabrice Moreau à la batterie propose un jeu percussif (il aime jouer des rimshots lors des solos, ce qui donne un son très métallique à son jeu, complété par des cymbales très sèches, dixit Paceo). A la basse, Stéphane Kerecki complète le groupe par un jeu flexible, plus chantant que puissant, avec quelques beaux passages à l'archet.
Le premier soir, Alexandra Grimal les rejoindra à la fin du second set pour un "Equinox" coltranien parfait, où son jeu "sheets of sounds" me convainct plus en une seule chanson qu'en un concert entier !
Le lendemain, rebelote, donc (malgré "Charmed" saison 8 à la télé, notez le sacrifice). Le premier set est très semblable à celui de la veille, mais les musiciens sont un peu moins "dedans", les moments magiques sont un brin plus rares.

dernier concert au bar la fontaineLe second set est une autre histoire. Alexandra Grimal les rejoint dès le départ, se contentant parfois de doubler la mélodie au piano, déchiffrant la partition par-dessus l'épaule du pianiste, parfois prenant de puissants solos, là encore dans une veine coltranienne intense, lyrique, déchirante. Si l'"Alabama" initial n'est pas spécialement marquant, le "Take the Coltrane" sera un sommet de la soirée. Il faut dire que Anne Paceo est venue remplacer Fabrice Moreau, et après le poëte percussif, c'est une guerrière limite kamikaze ! Comme Elvin Jones succédant à Paul Motian. Grimal, Herman et Paceo, leurs visages trahissent une joie féroce de jouer cette musique, un déferlement d'énergie qui scotche, surtout quand je suis au premier rang, en première ligne.
Le jeu se calmera, forcément, jusqu'à un dernier standard ("In The Wee Small Hours Of The Morning" je crois, en tous cas la partition en trainaît entre piano et contrebasse). Julien Caumer, le boss du Labo, les yeux rougis mais la voix intacte, clôt la soirée d'un beau discours, en substance, "tant qu'il y aura des espaces vides où des choses peuvent se développer, nous serons là pour planter des petites graines et les faire pousser".

Une page s'est tournée, mais vue la soif de jouer qu'ont ces gens-là, nul doute que l'aventure reprendra, dans un autre lieu, peut-être plus confortable, peut-être moins sympathique, bref, à suivre.

Radio : Deux morceaux du disque "Variations" de Herman (LE disque de piano jazz à acheter cette année), accompagnés d'un peu de Jarrett, d'un peu de Coltrane, entre autre.
Photos : J'ai mis les photos prises à La Fontaine dans un set Flickr.

5 commentaires:

Christophe a dit…

Bravo pour votre remarquable description de Yaron...le pianiste qui embrase les blogs...à voir son site...http://yaron-herman.com/ et des vidéos qui décoiffe et notre blog http://dpmusic.fr/index.html

Il est vraiment génial, et nous sommes très heureux de représenter dans notre "écurie de pianistes" un tel talent à l'avenir si prometteur.

Christophe,

Julien a dit…

Bonjour !
Je ne parviens pas à te joindre autrement que par un comment... Je suis l'organisateur des concerts à La Fontaine. Aurais-tu le temps de me contacter ? Par mail ou au xx xx xx xx xx. J'aimerais te parler assez vite! Merci !
Jul'

Edited By Siteowner

bladsurb a dit…

Je t'ai envoyé un mail (au labo).
Sinon, mon adresse est :
bladsurb@free.fr
(c'est vrai qu'elle est un peu planquée ...)

Anonyme a dit…

Est-ce que quelqu'un peut dire bonjour à Julien de ma part ?

Bravo Julien... je te souhaite bonne chance pour la suite que tu sauras donner à cette aventure.

Isa de Grenoble

bladsurb a dit…

Il est plus simple de le contacter directement ! Les adresses sont là :
http://www.laboratoiredelacreation.org/lequipe.html