samedi 17 juin 2017

Budapest Festival Orchestra / Beethoven, Mahler (Philharmonie de Paris, 10 Mars 2017)

Ludwig van Beethoven - Symphonie n°1

Une interprétation que je vais avoir du mal à définir, puisque je découvre pour ainsi dire l'oeuvre (ben oui). Ce qui me semble cependant, c'est que la matière sonore sonne excessive par rapport au propos musical : c'est-à dire que pour moi, l'orchestre est trop gros, le son trop épais. J'aimerais trouver une version plus "orchestre de musique de chambre", pour voir si ça me convient mieux ...

Gustav Mahler - Le Chant de la Terre

Plus encore que le ténor Robert Dean Smith, pas vraiment passionnant, et que l'alto Gerhild Romberger, pourtant excellente, c'est l'orchestre, le Budapest Festival Orchestra, et son chef, Ivan Fischer, qui emportent le morceau. Sans esbroufe ni mise en avant de détails spectaculaires, il déroule le récit de façon très naturelle, mais en suscitant une attention constante : je suis happé tout du long, chants pairs et impairs, subjugué par la beauté simple des timbres, par le dynamisme des équilibres, par la conviction des musiciens. C'est une réalisation admirable.

budapest festival orchestra

Ailleurs : Julien Hanck

Aucun commentaire: