dimanche 8 juin 2008

RSO - 555 (Temple du Saint Esprit - 7 Juin 2008)

Le 5ème anniversaire du Rainbow Symphonic Orchestra a décidé de la thématique chiffrée.

Edward Elgar - 5ème Marche de Pomp and Circumstance

C'est ronflant comme une valse rapide à deux temps, ça écoeure vaguement comme un tour de manège après un repas trop arrosé, c'est lourd comme une pièce montée dans un mariage où il faut à tous prix être joyeux, ça transpire le malaise et l'outrance sous le vernis des flonflons. Certains prennent cette musique au premier degré, bigre.

Ludwig van Beethoven - 5ème symphonie

Première audition en concert (ben oui). Il n'y a donc pas que le Popopopom introductif qui est connu : si l'andante ne réveille aucun souvenir, l'allegro si.

Jean Sibelius - 5ème symlphonie

Joli défi, pour un orchestre amateur : bien des pupitres sont mis à rude épreuve, particulièrement les cordes et les vents. Première audition là aussi (en concert ou ailleurs). J'ai beaucoup aimé les tapis très flottants des cordes, brouillards sépulcraux où errent quelques cors perdus. Certains musiciens parlaient de difficulté de mise en place, pour les oreilles néophytes, ça passe sans problème, peut-être les brouillards étaient-ils juste un peu plus épais que prévu ! L'acoustique de la salle, meilleure qu'aux Blanc-manteaux, n'accepte cependant pas les tutti : la fin du premier mouvement est une grosse grosse soupe où tout est écrasé, avec quelques mélodies aigües vaguement surnageantes. Tant qu'on reste dans des textures de moyenne densité, beaux paysages, très agréable voyage, avec des vitesses supersposées, le sentiment de quelque-chose d'effiloché, de cotonneux, une lumière très blanche. La fin est assez surprenante. Les Blam Blam seraient-ils une version épurée du syndrome de l'hydravion ?

3 commentaires:

Papageno a dit…

Certains ont vu dans les accords finaux de la 5è de Sibelius les coups de Mjöllnir, le marteau de Thor... l'effet kolossal est souvent gâché par des chefs idiots qui raccourcissent les silences. Si on enlève les silences c'est une fin de symphonie parfaitement banale !

bladsurb a dit…

Le danger de trop de silence, après toute la tension du dernier mouvement, est que le public ne puisse se retenir d'applaudir en avance ?
Il semble que cela se soit produit à Pleyel :
http://concertonet.com/scripts/review.php?ID_review=4232
Il faut donc un chef qui sache aussi tenir la salle !

klari a dit…

/racontage de vie/

je dois dire que notre chef s'est très bien débrouillé : après les premiers blam, le public (et nous aussi) a bien senti que toute la tension n'était pas évacuée, et nous a laissé blamer jusqu'à la double barre..!
pas facile.. D'autant plus qu'il était persuadé - et nous aussi que ça applaudirait entre deux blams.

Effet un peu gâché (à mon humble avis) par le Elgar en bis le samedi soir. Enfn, sans le percussionniste, entre temps rentré chez lui, donc un morceau un peu plus léger... Ouf!

/racontage de vie off/