lundi 19 novembre 2007

Brahms par Gardiner (Salle Pleyel - 18 Novembre 2007)

Contrairement à ce qu'escomptait peut-être Palpatine, je vais être assez succinct pour ce dernier concert proposé par Sir John Eliot Gardiner autour de Johannes Brahms. Ce n'est pas exactement mon territoire, et ma capacité à analyser les œuvres présentées, leurs caractéristiques propres par rapport au genre, à l'époque, aux compositeurs voisins, est considérablement plus faible que pour le XXème siècle.
Comme je crois les soirs précédents, le concert offre dans une première partie apéritive de courtes pièces essentiellement chorales, avant la pièce de choix de la soirée isolée après l'entracte.

Johannes Brahms - Begräbnisgesang

Magnifique choeur, qu'accompagnent de surprenants cuivres - cors, trombones, tubas ...

Heinrich Schütz - Seilig sind die Toten

Un modèle d'équilibre et d'harmonie, entre la douceur du premier thème et la vivacité triomphante du second.

Johann Rudolf Ahle + Johann Sebastian Bach - Es ist genug

Enchainer les deux pièces fonctionne mal, ou trop bien, tout le monde a l'impression que le Bach n'a pas été joué - sauf ceux qui suivaient le texte. On peut noter dans la notice que "es ist genug" signifie "cela suffit" chez Ahle, et "c'en est assez" chez Bach.

Heinrich Schütz - Wie leiblich sind deine Wohnungen

Aucun souvenir; guillaume si.

Johann Christoph Bach - Es ist nun aus mit meinem Leben

Du cousin du père de Jean Sébastien, il s'agit d'une tranquille berceuse ("Welt, gute Nacht !" conclut chaque couplet), modeste et monotone, à la simplicité doucement émouvante.

Johannes Brahms - Ein deutsches Requiem

Vous pourrez profiter de cet enregistrement en CD dans quelques temps, puisqu'on nous rappelle à cette occasion de bien couper les téléphones (et de fait, il y eut relativement peu d'irruptions sonores incongrues). De la belle et grande musique, sérieuse et bien nourrissante ! Je retiens essentiellement la partition hypnotique du timbalier dans le deuxième mouvement. Le reste glisse, j'apprécie à l'écoute, mais n'en garde guère de traces.

1 commentaire:

akynou a dit…

J'ai été voir Tosca mardi dernier, en version concert puisqu'il y avait grève des machinistes. Mais c'était pas mal. et puis j'ai vu Nathalie Pernette au théâtre de la ville : j'ai adoré. A la fois drôle, enthousiasmant, intéressant, beau, iterpelant. Bref, tout ce que j'aime...

Sinon, je viens de changer d'adresse de blog (contrainte et forcée, free m'a jetée)
http://www.akynou.fr/racontars/index.php